Les légumes de Sélestat s’appuient sur Roch

la-statue-de-saint-roch-garnie-de-dahlias-est-portee-par-la-jeune-generation-des-familles-de-marai.jpgLes légumes de Sélestat s’appuient sur Roch La statue de saint Roch, garnie de dahlias, est portée par la jeune génération des familles de maraîchers de Sélestat. Photos C.-M. K. La corporation des maraîchers de Sélestat a fêté hier son patron, saint Roch. La tradition, vieille de plusieurs siècles, a rassemblé toutes les générations de jardiniers. 10 h 30, hier, devant le Cercle Catholique Aloysus de Sélestat. Les paniers garnis de légumes sont déposés à côté de l’enseigne en bois de la corporation des maraîchers. Les porteurs ajustent leur tablier. Toute la corporation est prête à célébrer son patron. « Saint Roch, c’est le vrai, assure Paul Bauer, Grand-maître de la corporation des maraîchers de Sélestat. D’autres maraîchers fêtent saint Fiacre, comme à Colmar. Mais saint Roch guérissait la lèpre avec des légumes. » Le saint fait en tout cas l’unanimité à Sélestat, qui continue de le fêter depuis le Moyen-Âge. Ce dont se félicite Paul Bauer. « Il ne faut pas laisser tomber les vieilles traditions », lance celui qui est à la tête d’une corporation de 87 membres et rassemblant 54 familles. « Un tiers travaille encore, les autres sont des anciens. Le plus âgé a cent ans ! » Autre fierté de la profession, celle d’arborer le porte-cierge tout juste restauré par Pascale Vallon, doreur de Rombach-le-Franc. L’objet quitte pour l’occasion la Bibliothèque humaniste, où il est conservé avec les porte-cierges des quatorze autres corporations de Sélestat (lire notre édition du mardi 14 août). « Il a deux siècles, explique un connaisseur de l’histoire de la ville. Il y est écrit, « en l’honneur », « semences » et « jardiniers » ; Les maraîchers, ce sont les jardiniers professionnels ! » Des outils de jardinage et de petites fleurs y sont aussi peints. « Là, les fleurs bleues, c’est de l’ail des ours ou de la famille de cette plante. Cela rappelle que saint Roch guérissait aussi avec des herbes. » Quelques minutes après, le cortège prend forme pour prendre la direction de l’église Saint-Georges. Quatre maraîchers portent les paniers remplis de salades, concombres, radis ou carottes. « Ils pèsent vingt kilos. On a mis des pommes de terre au fond pour qu’il y ait un peu de poids ! », s’amusent-ils. Les enfants eux portent la statue du saint patron, garnie de dahlias, fleur fétiche de Sélestat. « Je vois qu’il y a de la relève, c’est bien. Il faut conserver les traditions », sourit une habitante venue assister à la bénédiction du porte-cierge et des paniers sur le parvis de l’église, avant de se joindre à la messe. « C’est le jour où l’on remercie Dieu de nous protéger, car l’année est longue », insiste Paul Bauer. Une bénédiction encore plus la bienvenue en cette période de canicule ? « On sait qu’entre le 23 juillet et le 23 août, il peut y avoir des pointes de températures. On a l’habitude, on s’adapte. » Parole de maraîcher. le 20/08/2012 par Claire-Marie Kostmann

Journal L'ALSACE