Les écoles de 1900 à nos jours

Sélestat remonte le temps de ses écoles

le 11/01/2012 à 05:00 par Françoise Marissal

Le lazaret (lazareth en allemand), avenue du Dr-Houllion, hôpital wilhelminien transformé en maternelle. Aujourd’hui un immeuble le remplace. DR

Le lazaret (lazareth en allemand), avenue du Dr-Houllion, hôpital wilhelminien transformé en maternelle. Aujourd’hui un immeuble le remplace. DR

  L’association « Mémoires de Sélestat » propose une exposition sur    

les écoles de la ville, de 1900 à nos jours. Entre patrimoine et 

 reconstitution, les Sélestadiens pourront se retrouver sur les photos

 

de classe.

S’il est un sujet d’histoire qui intéresse bien tout le monde, c’est celui des écoles. Forcément, nous y sommes tous passés. La nouvelle exposition de l’association « Mémoires de Sélestat » évoquera à partir de vendredi ce monde de notre enfance dans le cadre de son cycle « voyage à travers le vieux Sélestat ».

Le visiteur y trouvera aussi bien des éléments sur les bâtiments eux-mêmes que la reconstitution d’une salle de classe des années cinquante par le collectionneur Théo Meyer — bureaux, images d’Épinal, bons points, carnets de notes, cartes de France au mur, craie — et, bien sûr, les fameuses photos de classe.

« Les habitants ont vraiment bien répondu à notre appel, se réjouit Jean-Marc Husser, président de l’association. Ils nous ont prêté des documents, tout comme les chefs d’établissements, qui ont joué le jeu. »

On pourra ainsi tout apprendre sur les différentes époques de construction des écoles. « Savez-vous que la toute première mention écrite d’une école remonte au XIIIe siècle, place du Marché-aux-Poissons ? » s’enthousiasme Marcel Rebhuhn.

L’époque wilhelminienne est riche en construction d’écoles « car le principe alors voulait que « qui tient l’enseignement tient le pays », commente Jean-Marc Husser. De cette époque datent l’école du Centre, le lycée Koeberlé, l’IUFM (alors école normale), le lazaret, hôpital devenu maternelle rue Dr-Houllion avant d’être démoli pour être remplacé par un immeuble, mais aussi la caserne Schweisguth, sauvée de la démolition par le maire François Kretz puis devenue lycée en 1990.

Plus proches de nous, on trouve « les maires bâtisseurs » selon les termes de Raymond Muller, président des Amis de la Bibliothèque humaniste : Albert Ehm avec les écoles Wimpfeling, Oberlin, Pestalozzi, et Maurice Kubler « le » constructeur d’écoles : collège Mentel, lycée Schwilgué, extension du collège Béatus, écoles Schumann, Monet, Dorlan, lors du développement de Sélestat vers l’ouest.

Y ALLER Caveau Sainte-Barbe, du 13 au 22 janvier, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, Entrée libre.