Le retour sur les anciens bancs de l"école

Exposition Retour sur les anciens bancs de l’école de Sélestat

 

Une salle de classe des années 50 était reconstituée. Oon aurait pu jurer que flottait une odeur de craie et d’encre mêlées… Photos S.G.

Une salle de classe des années 50 était reconstituée. Oon aurait pu jurer que flottait une odeur de craie et d’encre mêlées… Photos S.G.

Des grandes planches de dessin Rossignol, un harmonium et des

centaines de photos de classe : retourner à l’école est devenu un

plaisir de collectionneur au caveau de la salle Sainte-Barbe.

 

Il ne manque presque rien à la petite salle de classe reconstituée dans le caveau de la salle Sainte-Barbe de Sélestat. Un harmonium permet même de jouer « Adieu Monsieur le professeur ».

Et le souci du détail va aussi jusqu’à une discrète tige de bambou qui servait à châtier des élèves indisciplinés dans une des classes l’école du Centre, en un temps pas si lointain d’après l’un des organisateurs…

Et la magie fonctionne : on pourrait jurer qu’il flotte une odeur de craie dans l’exposition « L’école de 1900 à nos jours » organisée par l’association Mémoires de Sélestat.

« Nous avons réuni des centaines de documents, compte Jean-Marc Husser, son président. Des prêts personnels, des documents venus des archives de la Ville et surtout des établissements scolaires ! ».

C’est en fouillant dans les caves de l’un d’eux que les collectionneurs ont exhumé la plaque d’inauguration de l’école du Centre datant du 12 octobre 1885. Plaque qui devrait être à nouveau accrochée sur le bâtiment de l’école d’après le maire Marcel Bauer.

Fédérateur, le thème de l’école ? Plus de 800 personnes ont déjà parcouru le caveau en deux jours pour reconnaître les objets qu’ils ont maniés au quotidien, que ce soit la plume, l’encrier ou encore les grandes affiches illustrées aujourd’hui si prisées dans les marchés aux puces.

Les spectateurs se cherchent aussi dans les photos de classe. Une vingtaine d’établissements figurent dans cette exposition originale, devenant une mine de trésors pour la foule. « Je suis sur une photo avec mon père qui était instituteur à l’époque » constate Yves Durremann, aujourd’hui médecin. Une autre cherche des archives de l’ancienne école de filles de Sélestat. « J’ai compté : on était 36 en classe… Aujourd’hui ils sont 18 en classe et on dit que c’est difficile » commente un visiteur. « À l’époque, les enfants travaillaient » conclut son épouse. Car c’est ça aussi le regard sur l’école, un brin de nostalgie…

« Nous avons des photos de l’école Wimpfeling à quelques dizaines d’années d’écart qui montre comment la ville s’est transformée. Des classes vont venir durant toute la durée de l’exposition pour voir tout ces changements », indique Jean-Marc Husser.

Y ALLER Exposition jusqu’au 22 janvier de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h. Entrée libre.

le 16/01/2012  par S.G.