La ville à l'époque Wilhelminienne

le 15/01/2011 

Sélestat / Exposition de l'association « Mémoires de Sélestat »

La ville à l'époque wilhelminienne

     L'association « Mémoires de Sélestat » propose un coup de projecteur sur l'époque wilhelminienne. Durant cette période allemande allant de 1870 à 1918, la cité humaniste a vu se construire une grande part de son patrimoine architectural.

      « L'architecture de la ville de Sélestat n'aurait certainement pas été la même sans l'époque wilhelminienne. Entre 1870 et 1918, l'empire allemand a voulu affirmer sa présence. Il a voulu s'imposer par la construction de nombreux bâtiments », raconte Raymond Muller, membre de l'association « Mémoires de Sélestat » et président de l'association des amis de la Bibliothèque humaniste.
 Aujourd'hui encore, l'héritage est énorme. Les aménagements de la gare, le château d'eau, l'école du centre, l'hôtel de ville, l'ancien bâtiment des poids et mesures, la caserne Schweisguth, la cité scolaire Kœberlé, l'IUFM sont autant de bâtiments ayant été érigés durant cette période allant de 1870 à 1918.

Sélestat offre le château à l'empereur Guillaume II qui décide de le rénover

      Cette époque faste sera bientôt présentée par l'association « Mémoires de Sélestat » au travers d'une exposition au caveau Sainte-Barbe. Une cinquantaine d'agrandissements y seront visibles.
 « L'évolution architecturale de Sélestat démarre au moment de la démolition des fortifications Vauban. Auparavant, il n'y avait pas de possibilité d'extension », rappelle Jean-Marc Husser, président de l'association « Mémoires de Sélestat ».
 A l'époque, les Allemands n'ont de cesse d'asseoir leur présence. La ville est alors un vaste chantier. « Le géographe Jean-Marie Montavon l'a bien expliqué dans un article de l'annuaire. Les Allemands souhaitaient déplacer le centre-ville vers le château d'eau et ce qui s'appelle aujourd'hui la place du Général de Gaulle. Cela devait être le trait d'union entre la vieille ville et la gare. »
 Pendant plusieurs décennies, la gare est la limite de la ville. Aujourd'hui, l'autoroute est la nouvelle limite.
 « La reconstruction du château du Haut-Kœnigsbourg est aussi à ne pas oublier. C'est durant cette période que la ville de Sélestat offre le château à l'empereur Guillaume II qui décide de le rénover. »
 Quand l'Alsace est redevenue française en 1918, l'héritage du patrimoine architectural allemand n'a pas été remis en cause. « La France sortait de la Première Guerre mondiale exsangue. Elle n'avait de toute façon pas les moyens de faire disparaître des bâtiments existants et d'enclencher une reconstruction. Les autorités ont, par contre, beaucoup débaptisé. Ainsi le gymnasium Wendling qui est aujourd'hui la cité scolaire Kœberlé. »

Vivien Montag

      Du lundi 24 au dimanche 30 janvier. Exposition sur les bâtiments de l'époque wilhelminienne de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h au caveau Sainte-Barbe de Sélestat. Entrée libre.