La confrerie Saint-Urbain

Kintzheim Six nouveaux confrères et neuf vins pour la Saint-Urbain

.

 

Les nouveaux intronisés de la confrérie.  Photo Christian Dantz

Les nouveaux intronisés de la confrérie.  Photo Christian Dantz

Pour la 18 e édition, la grande dégustation estivale organisée mercredi par la confrérie Saint-Urbain a une fois de plus fait le plein d’amateurs de crus locaux et de folklore viticole.

Le grand maître Alphonse Jenny a salué l’assistance très nombreuse en ce mercredi dans la salle des fêtes de Kintzheim. « La soirée sera riche, de plus nous fêtons le 750 e anniversaire de la protection par saint Urbain, nos aïeux l’ayant choisi comme protecteur en 1261 », a-t-il précisé. Le maire Francis Weyh a également souhaité la bienvenue aux touristes venant de France et d’ailleurs.

Dans l’assistance, on reconnaissait les confréries amies en tenue et de nombreux élus, dont deux maires d’outre Rhin. M gr Lachmann, vicaire épiscopal représentait l’Église et deux reines apportaient un supplément de grâce : Catherine Hirsinger, reine des vins 2010 et sa dauphine Sandrine Struss.

Le cérémonial est toujours le même : neuf vins offerts par les vignerons locaux sont servis et commentés par des œnologues tandis que René Koenig apporte son commentaire gastronomique.

À la fin, l’excellente vendange tardive de Jean-Marie Koehly a été appréciée debout.

Six nouveaux intronisés

La dégustation d’août est toujours liée à un chapitre d’intronisation. Cette année, six personnalités sont devenues confrère ou consœur d’honneur après avoir subi l’épreuve du commentaire à l’aveugle.

Jean-Marc Husser de Sélestat est passé le premier. Ancien policier, il est surtout connu pour son association Mémoire de Sélestat. Il apprécie autant le vin de Kintzheim que l’oignon sélestadien qu’il défend. Ensuite ce fut le tour de Sandrine Struss de monter sur scène. La dauphine de la reine et fille de viticulteur termine son règne avant de reprendre une vie plus calme. Frédérick Liehn, originaire de Troyes sélestadien d’adoption a été choisi pour ses engagements associatifs et humanitaires et surtout parce qu’il apprécie le vin de Kintzheim.

Jean-Claude Willmann n’est plus à présenter : il dirige l’Auberge de la ferme au parc Cigoland. Un Belge faisait partie des intronisés : Patrick Scuflaire. Avec Astrid Tellon, la dernière à monter sur scène, ils partagent le même engouement pour Kintzheim où ils passent régulièrement leurs vacances.

La soirée s’est bien sûr prolongée par le repas et un tour de danse avec les Gilets Rouges qui ont animé la soirée par leur musique entraînante.

le 13/08/2011 par C. D.

×