L'Entrée à SELESTAT

Sélestat
Histoire / Anniversaire de l'arrivée du 29e BCP
Taille du texte taille+1 taille+2 taille+3 taille+4 taille normale
Page en PDF
Imprimer Envoyer à un ami
 

L'entrée à Sélestat

Il y a 80 ans, le 29e bataillon de chasseurs à pied prend sa garnison à Sélestat. Les 625 hommes composant ce régiment seront stationnés jusqu'au 30 mars 1933 à la caserne Schweisguth. Patrice Durr, historien, relate avec moults détails l'ambiance particulière de cette journée.

Le départ du 3e groupe de chasseurs cyclistes du commandant Rouyer est prévu le lundi 29 avril 1929. Il doit partir de Sélestat pour Lunéville, où il sera rattaché à une division de cavalerie. Les cérémonies d'adieu se déroulent le dimanche 28 avril 1929 l'après-midi. Ce même jour, le 29e bataillon de chasseurs quitte sa ville de garnison de Haguenau, effectuant le trajet Haguenau-Sélestat en quatre jours de marche, cantonnant la nuit successivement à Vendenheim, Entzheim et Epfig.
 A Sélestat, on a sorti les drapeaux. Le jeudi 2 mai, le bataillon arrive peu avant 10 h au pont du Giessen, où les commandants Rouyer, Baud et Knecht, le capitaine de gendarmerie Fidelaire, le président Ziegler de l'harmonie chorale, les officiers de réserve de la ville et les officiers du recrutement lui font un premier accueil.

Les troupes sont régalées
de vins de Bourgogne

 Les soldats campent des deux côtés du pont. Vers 11 h, le camion du commerce de vins en gros Guy livre le pot de bienvenue. Les troupes sont régalées de Bourgogne rouge, les sous-officiers de Bourgogne blanc et les officiers de Bordeaux blanc, tout cela accompagné de pain et saucisses.
 A 13 h, le bataillon se met en route et se rend tout d'abord au cimetière. Le commandant du bataillon Chanal se rend au monument aux morts de la guerre 1914-18 et présente, au nom de la nouvelle garnison, ses salutations aux fils de Sélestat tombés pour la patrie.
 Puis, le bataillon se rend à la porte de Strasbourg, devant la plaque commémorative en l'honneur du commandant Schweisguth, le vaillant défenseur de Sélestat en 1814, où attendent les officiels et les associations patriotiques. Le député et sous-secrétaire d'État au ministère du Travail, de l'Hygiène, de l'Assistance et de la Prévoyance sociales, le docteur Oberkirch, s'incline devant le fanion du bataillon et passe en revue les troupes, accompagné du sous-préfet Paul Bastier. Il souhaite ensuite la bienvenue au bataillon. Il rappelle le courage avec lequel le 29e s'est battu pendant la guerre et a ainsi contribué à libérer l'Alsace et la Lorraine.

Un défilé parcourt les rues pavoisées et se rend au quartier Schweisguth

 Ensuite a lieu l'entrée dans la ville devant les jeunes écoliers. La fanfare du 29e, le bataillon, les sapeurs-pompiers également avec leur fanfare et les nombreuses personnalités se rendent à la place d'Armes. De là, un défilé composé d'un détachement de la gendarmerie, d'un détachement de cyclistes et ensuite de toutes les compagnies de chasseurs suivies des mitrailleuses, parcourt les rues pavoisées et se rend au quartier Schweisguth par l'avenue de la Liberté et la rue Renouvier. Pendant que la troupe entre dans sa nouvelle garnison, la musique municipale donne un concert place d'Armes.
 Le commandant Chanal remercie pour l'accueil cordial fait au bataillon. Il assure que celui-ci se fera un devoir d'honneur de toujours entretenir les meilleures relations avec la population qui a fourni à la France, du temps de l'annexion, une légion de si vaillants soldats. Le troisième orateur, le général d'Armau de Pouydraguin, salue la nouvelle troupe à laquelle, comme le commandant Knecht, il avait lui-même appartenu comme jeune officier.
 Durant le vin d'honneur dans la salle du conseil municipal, l'occasion est donnée aux invités de faire plus ample connaissance avec les officiers parmi lesquels on retrouve le capitaine Lignereux, qui avait déjà servi comme lieutenant au 31e bataillon de chasseurs, en garnison à Sélestat d'août 1919 à 1923.

 

Patrice Durr

Édition du Sam 2 mai 2009