Journée du patrimoine

Découvrir Dentelle de pierre et traces de métiers à préserver


 

Les circuits proposés par Mémoires de Sélestat compteront une vingtaine d’arrêts, avec au moins 70 tombes remarquables. Photos Jean-Stéphane Arnold

Les circuits proposés par Mémoires de Sélestat compteront une vingtaine d’arrêts, avec au moins 70 tombes remarquables. Photos Jean-Stéphane Arnold

« Un cimetière est un lieu vivant ». C’est le président de l’association Mémoires de Sélestat qui l’affirme. Les passionnés de patrimoine pourront le vérifier dimanche.

La Journée du patrimoine verra passer assurément foule de visiteurs, dans de nombreux lieux sélestadiens au passé plus ou moins riche, dimanche. Dans l’un d’eux, ils seront sans doute observés. Par quelques âmes illustres ou inconnues. En effet, le cimetière de Sélestat se prêtera à des visites proposées dans le cadre de ce week-end dédié au patrimoine. C’était déjà le cas l’an passé : l’association locale Mémoires de Sélestat s’était penchée sur les hommes et femmes qui avaient marqué l’histoire de la cité humaniste, mais également laissé une part d’eux-mêmes dans celle régionale, voire nationale ou internationale.

De véritables œuvres d’art

En cette fin de semaine, les visiteurs auront droit à une découverte de ce lieu effectivement vivant s’il en est, avec des parcours au milieu de véritables œuvres d’art funéraire. Mémoires de Sélestat s’est centrée cette année sur les corporations et les métiers, thème de ces Journées du patrimoine. Mais pas uniquement. Car l’association veut également démontrer qu’il existait de grands maîtres sculpteurs en Alsace centrale, qui produisaient de magnifiques monuments. « Certaines tombes contemporaines sont intéressantes aussi » assure Marcel Rebhuhn, membre de l’association et guide de cette journée. On verra ainsi que les défunts ont souhaité — ou leur famille — qu’apparaissent sur leur tombe des éléments en rapport avec leur corporation, leur métier ou leur occupation au moment de leur trépas ou qui aura marqué leur passage terrestre. On trouve ainsi des couvre-chefs militaires, des décorations de même nature gravées dans la pierre, mais pas seulement. « On a ici un épi de blé, là une charrue, ou bien encore des outils de tailleur de pierre » commentent Marcel Rebhuhn et Jean-Marc Husser, président de Mémoires de Sélestat. Certains des monuments comportent des éléments magnifiques, véritables dentelles de pierre.

Le temps fait son œuvre…

Un seul hic : on relève, sur certaines tombes, au premier coup d’œil, que le temps fait son œuvre. Dans le plus mauvais sens du terme : les tombes se dégradent et de véritables chefs-d’œuvre sont en train de mourir sous nos yeux. Certains ouvrages en pierre reçoivent encore la visite de la famille du défunt. D’autres plus du tout. « C’est un patrimoine qui va disparaître si l’on ne fait rien » insistent et déplorent les deux membres de l’association. Pour exemple, la tombe d’un enseignant sur laquelle figure un enfant lisant, à la quasi-échelle 1. La sculpture a été, patiemment et sournoisement, érodée par la pluie, jusqu’à rappeler malheureusement de très loin le corps stylisé par le sculpteur.

Un Père-Lachaise local

« On souhaite procéder à un relevé » expliquent les deux membres de l’association, « et ensuite éditer un livre sur ce cimetière, car Sélestat n’a pas à rougir face à d’autres lieux de ce type » sourit Jean-Marc Husser. Qui parle de « Père-Lachaise local » en évoquant ce lieu de repos éternel sélestadien.

Les monuments d’art funéraire, eux, ne sont pas si éternels que ça : ce dimanche, c’est l’occasion de les découvrir dans leurs détails les plus insolites ou émouvants, à Sélestat.

Y ALLER Dimanche 18 septembre, cimetière de Sélestat, bd de Nancy. Circuits à 10 h, 11 h, 14 h, 15 h, 16 h et 17 h. Gratuit. Exposition à l’entrée du cimetière sur l’histoire locale des sépultures.

le 14/09/2011 à 05:00 par JSA