Georges Lévy

 

 

Georges Lévy, pionnier du football alsacien

Fondateur de la Ligue d'Alsace de football association (Lafa), le Sélestadien Georges Lévy a notamment contribué à l'émergence du statut de joueur professionnel en France dans les années 1930. Une plaque a été dévoilée hier à la mémoire de ce pionnier du football alsacien, non loin du stade et des locaux du SCS.

Le Sélestadien Georges Lévy est méconnu. Ce banquier d'origine aristocratique a pourtant contribué de manière essentielle à la structuration du football alsacien en créant la Lafa en 1919 ainsi qu'à l'émergence du statut du joueur professionnel en France en 1931 ! Autant dire que l'hommage qui lui a été rendu hier par l'instance régionale et par la municipalité sélestadienne en baptisant de son nom un espace à proximité du stade et des locaux du SCS n'est pas usurpé.
 Albert Gemmrich, président de la Lafa, a tenu à souligner qu'« avec cet hommage, je prends encore plus conscience de l'importance du rôle joué par Georges Lévy au niveau des instances régionale, nationale et internationale. »
 Pierre Perny, historien amateur spécialisé dans le sport, raconte comment il a « rencontré » Georges Lévy : « En effectuant mes recherches historiques sur le football, j'ai rencontré bon nombre de personnes dont les fonds de tiroirs regorgeaient de photos anciennes. Sur de nombreux clichés, il y avait la même personne habillée d'un pantalon de flanelle, d'un gilet blanc et rouge aux couleurs de l'Alsace et d'un noeud papillon. Il faisait arbitre dans cette tenue. J'ai ensuite vu d'autres photos où il représentait les instances régionales. C'était Georges Lévy ! »
 Pour sa part, le maire de Sélestat Marcel Bauer a rappelé le parcours singulier de ce grand défenseur du ballon rond et de sa grande implication dans le milieu footballistique de la cité humaniste.
 « Lors de la fusion entre le FC Sélestat et le FC Sport Sélestat en 1911, Georges Lévy est élu à la tête de la nouvelle association. Ces activités seront stoppées avec le premier conflit mondial. Retiré dans le Nord de la France, Georges Lévy fait la connaissance d'Henri Jooris, industriel futur président de l'Olympique Lillois et futur grand dirigeant de la FFF. »
 Lors d'une réunion à Mulhouse, les trois clubs les plus importants sportivement décident de créer une structure régionale en rejoignant l'« Union des sociétés françaises de sports athlétiques ».

Initiateur des deux
textes fondamentaux
du professionnalisme
dans le football

 Georges Lévy en deviendra président du comité régional avant de créer la Lafa pour entrer à la FFF le 1er novembre 1919. Les statuts de la Lafa sont déposés au tribunal cantonal de Sélestat en 1924.
 Au sein de la FFF, Georges Lévy est nommé président de la commission du joueur rétribué en 1930. Celle-ci deviendra la commission d'étude du professionnalisme dès 1931. Georges Lévy arrive ainsi à faire adopter les deux textes fondamentaux du professionnalisme : le « statut du joueur », et le « statut du club utilisant des joueurs professionnels ». La saison 1932/1933 sera la première du football professionnel français.
 Président de club de ligue, et de la novatrice commission de la FFF, Georges Lévy est nommé scrutateur pour les élections du bureau de la Fifa à Amsterdam en juillet 1928. Il participe au congrès de Barcelone en 1929. Georges Lévy est sur les rangs en 1932 pour devenir secrétaire général de la Fifa, poste qui reviendra à l'Allemand Ivo Schricker.
 Georges Lévy se retire des instances de la Lafa en 1935. Il en devient le président d'honneur.
 Les historiens perdent sa trace lors de la Seconde Guerre mondiale. Deux hypothèses sont émises sur sa disparition. La première suppose que le Sélestadien serait mort en déportation dans un camp de concentration. D'autres pensent que Georges Lévy serait tombé sous les balles des nazis.

 

Vivien Montag