Départ du TGV

Le TGV Est s’arrête désormais à la gare de Sélestat

Au marché de Noël de la gare de l’Est, une boutique bien nommée pour les voyageurs de la ville du sapin de Noël.

Au marché de Noël de la gare de l’Est, une boutique bien nommée pour les voyageurs de la ville du sapin de Noël.

Avec deux arrêts par jour, la ville de la Bibliothèque humaniste devient une destination abordable depuis Paris. Pour le faire savoir, des ambassadeurs de Sélestat ont embarqué dans le premier TGV de dimanche matin pour promouvoir la ville.

8 h 21 : le nez élancé de la traction du TGV Est ralentit puis s’arrête à Sélestat. Cette première historique a été saluée par une petite animation dans le hall de la gare.

Les associations comme Trajets, qui promeut les déplacements doux en Centre Alsace, Mémoires de Sélestat et les Amis de la Bibliothèque humaniste ont accueilli les passagers de la première rame du TGV Est à faire halte à Sélestat.

Dont Marcel Bauer, le maire, avec une quinzaine d’élus et des membres de l’Office du Tourisme, qui ont embarqué en seconde classe.

Bredele et sapins offerts aux voyageurs

Avec un ambassadeur, on peut le dire, de « première classe » : le docteur Sappinus et ses aides. « J’ai fait tous les wagons du train pour offrir des bredele et des petits sapins en terre cuite » dit-il.

Jonglant entre l’anglais, l’allemand et le français, il a fait la promotion de Sélestat comme destination touristique, principale mission de ce voyage qui est passé par le marché de Noël à l’extérieur de la gare de l’Est puis à la Maison de l’Alsace sur les Champs Élysée.

2 h 30 plus tard (avec cinq minutes de retard), le train entre en gare de l’Est. Un petit passage au marché de Noël pour trinquer avec Louis et Claude Hauller, viticulteurs à Dambach-la-Ville.

Attirer des investisseurs

« C’est une véritable avancée pour notre ville » souligne Marcel Bauer. « Cela n’a pas été facile, voir impossible à obtenir dans la première phase du TGV Est, mais dans la seconde nous avons pu obtenir cet arrêt grâce à l’écoute de la SNCF et à l’époque d’Adrien Zeller ».

« Maintenant nous devons travailler pour attirer des investisseurs dans le domaine de l’hôtellerie » indique-t-il. « C’est en élargissant notre offre d’hôtels et pourquoi pas de salles de congrès que nous pourrons attirer davantage de touristes dans notre ville et ses alentours ».

Dans l’après-midi, le professeur Sappinus s’est une nouvelle fois illustré sur les Champs Élysée devant la Maison de l’Alsace. Les élus sont ensuite rentrés par le train de 18 h 55 pour arriver à Sélestat peu avant 22 h, où une réception avait de nouveau lieu.

le 12/12/2011  par Sailesh Gya

Journal L'ALSACE