Décès Germain Spatz

Décès Germain Spatz : il était le symbole du handball à Sélestat

le 20/10/2011 par Christian Weibel

 

Germain Spatz a su partager sa passion pour le handball en bâtissant un club qui fait partie des plus grands de France et où ont éclos de très nombreux talents. Archives Yannick Bohn

Germain Spatz a su partager sa passion pour le handball en bâtissant un club qui fait partie des plus grands de France et où ont éclos de très nombreux talents. Archives Yannick Bohn

Germain Spatz, figure emblématique du handball sélestadien, s’est éteint dans la nuit de mardi à mercredi à 76 ans. C’est grâce à lui que Sélestat est devenu une place forte du handball français.

C’est une passion qui le dévorait et qu’il a voulu partager. Le handball, Germain Spatz l’avait chevillé au corps depuis qu’il l’avait découvert alors qu’il avait commencé par tripoter le ballon orange du basket à Westhouse où il a vu le jour en 1935. Après avoir fondé l’Alsacienne de Benfeld avec son frère Jean-Pierre, il a aussi été à l’origine de la création de la section handball au SC Sélestat. Avec la réussite que même ceux qui ne s’intéressent pas à la discipline connaissent, puisque Sélestat est désormais indissociable de l’image de ce sport.

L’ascension a été fulgurante. Parti du plus bas de l’échelon départemental en 1967, le SCS accède au championnat de France en 1972, avant d’atteindre le plus haut niveau national, la division 1 au terme de la saison 1989/1990.

Depuis lors, les Violets de Germain Spatz sont restés au sein de l’élite du handball français malgré deux relégations rapidement mises à profit pour rebondir. Occupant de nombreuses fonctions au sein de l’association (joueur, entraîneur, arbitre, secrétaire, éminence grise), Germain Spatz est devenu président du club en juin 2003. Poste qu’il occupera jusqu’à sa retraite en 2009. Un an plus tôt, il avait terminé son troisième mandat en temps que président de la Ligue d’Alsace de handball qu’il a dirigé de 1996 à 2008.

C’est également sous son impulsion que le Centre Sportif Intercommunal a pu voir le jour en 2010 offrant à son équipe un magnifique écrin. De nouvelles générations vont pouvoir y suivre les exemples des nombreux talents qui ont éclos durant trois décennies à Sélestat : des frères Omeyer à Seufyann Sayad, de François Berthier à Baptiste Butto. C’est là où réside le plus important de son œuvre : Germain Spatz a réussi à transmettre son virus aux autres. Et ses enfants qu’il a formés, à l’image de son successeur Vincent Momper, ne manqueront de transmettre, à leur tour, le flambeau.

le 20/10/2011 à 05:00 par Christian Weibel

Journal L'ALSACE